Article paru sur La Gazette du Val d’Oise

Installée à Saint-Gratien (Val-d’Oise) la société Bureau Futé se charge de racheter des lots de mobilier d’entreprise qu’elle stocke et revend dans son entrepôt.

 

Leur activité consiste a débarrasser des entreprises de leur mobilier de bureau pour le recycler et le recommercialiser.

Une opération de mise en valeur et de reconditionnement y est effectuée avant que les objets soient exposés.

L’entreprise de récupération emploie six personnes. Initialement lancée pour du ramassage et de la récup, elle s’est spécialisée dans la revalorisation de matériel encore en état.

« On travaille avec diverses entreprises qui renouvellent leur espace de travail », explique Ahmed Kebsi, agent commercial.

Autour de lui, des fauteuils par centaines, des bureaux, des armoires, mais aussi des éléments de cafétéria, quelques bibelots et lampes et des rallonges électriques… « Nous sommes moins chers que du matériel de moyenne qualité », affirme le commercial de Bureau Futé.

Marque et design

« On emporte tout et même ce qui ne sera pas forcément revendu. Ça ne coûte rien à l’entreprise puisque nous nous chargeons de débarrasser », Ahmed Kebsi, salarié de l’entreprise.

Dans cette caverne d’Ali Baba, il y a aussi quelques bonnes trouvailles, comme des canapés en cuir, provenant d’une salle d’attente.

Il y a aussi des meubles signés, à quelques centaines d’euros pièce, qui seront négociés avec des antiquaires et brocanteurs.

« Un canapé Le Corbusier est passé par chez nous », affirme Ahmed.

Des marques de qualité dans le domaine du mobilier d’entreprise y sont ainsi proposées à la vente d’occasion.

« Un cabinet d’avocats a complété une série de chaises qu’il avait déjà », ajoute le responsable.

Le problème, c’est que le flux d’entrée des meubles est plus important que leur écoulement commercial.

Raison de plus pour passer visiter l’enseigne, qui peut faire des heureux, au lieu d’aller dans un magasin traditionnel. Les articles d’occasion sont même garantis.

Bureau Futé 7, allée du Clos-Fleuri à Saint-Gratien. Ouvert de 9h à 17h du lundi au vendredi.

(Commenting: OFF)

Nos intérieurs seraient 10 fois plus pollués qu’une autoroute ! On pense tout de suite aux produits ménagers, aux bougies… On imagine plus rarement que notre mobilier y contribue, et pourtant.

Les meubles neufs, grands émetteurs de COV

L’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire a identifié exactement 31 Composés Organiques Volatils (COV) « prioritaires », c’est-à-dire classés cancérogènes, mutagènes et/ou reprotoxiques depuis 2008, issus du mobilier. Le plus dangereux d’entre eux, le formaldéhyde, a été déclaré « cancérigène certain » en 2004 par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).

Le formaldéhyde est présent dans une majorité de substances issues de l’industrie pétrolière. Le mobilier en plastique est donc particulièrement toxique.

Mais la majorité des meubles vendus par les grande enseignes de décoration sont fabriqués avec des panneaux de bois reconstitués (contreplaqué, aggloméré, MDF ou medium, OSB…) Or, il s’agit d’une matière composée de morceaux de bois de récupération (sciures ou déchets de scieries) et de colle contenant des solvants.Autrement dit, d’une bonne dose de COV : formaldéhyde, benzène…

 

Cerise sur le gâteau, on trouve également des COV dans la plupart des laques, résines, peintures et vernis qui recouvrent notre mobilier. Et aussi dans le traitement apposé sur le bois contre les départs de feu (les retardateurs de flamme bromés), les insectes, les champignons, les acariens…

Attention enfin aux matières textiles, des canapés entre autres, qui contiennent de nombreux produits chimiques liés à la production des tissus et à leur coloration chimique. On en trouve également dans les produits de rembourrage des canapés et des fauteuils.

Pour limiter l’impact des COV sur notre air intérieur, deux solutions :

  • Acheter des meubles d’occasion, qui n’émettent plus ou très peu de substances toxiques ;
  • Acheter des meubles écologiques, en bois massif issu de forêts gérés durablement et non-traités avec des produits néfastes.

Source : anses.fr, larevolutiondestortues.fr

(Commenting: OFF)